Résumé biographique Animation Spectacle Théatre Poèmes Socio-politique Je pense Philosophons

L’A.A.C.O.
Association Artistique du Centre et de l’Ouest


Ses créations


A l’occasion de l’Assemblée Générale, création à Bergerac d’un spectacle intitulé  "Le Plus Grand Music-Hall du Monde”:

40 numéros différents, 2 Orchestres d’accompagnement, 3 animateurs. Spectacle d’une durée de 5 heures.
Pendant 10 ans, il a été repris chaque année en des villes différentes devant des publics abasourdis par tant d’exploits.


Extrait de presse d'un article sur 4 colonnes titré : “4 heures de bonheur, 4 heures de soleil” le journaliste terminait en écrivant :
"Dans leurs costumes pailletés ou parsemés de strass, les artistes nous ont entrainés hors du temps, nous transportant vers une planète merveilleuse, là où chacun se parle en chantant, là où tout ce que l'on touche devient magique, là où le rêve devient le propre de l'homme, là où la qualité est omniprésente, et c'est à ce prix que le rêve peut enfin devenir réalité, c'est aussi à ce détail que l'on reconnait les véritables Artistes. Permettez pour terminer que j'écrive ce mot avec un A majuscule, signe d'admiration entrainant le respect et la gratitude".

Autres créations : des spectacles intitulés “La revue du rire” - “Music-hall parade” - "Ça boum” - "Les Nuits de l’Elégance”...

Quelques artistes

Des Artistes fidèles qui sont restés à l’A.A.C.O. pendant 30 ans (ou pour certains jusqu’à leur décès) :

Des chanteurs : Jean DENY, Jean-Marie NYCO, Jean-Claude AUPY,

Un Orchestre : Jean-Marie FILLON

Des visuels : Les BARRINIS perchistes, PRELATY ventriloque et animateur, Bob DICKY tireur sur cible Humaine, NILSEN caricaturiste, Les TROIS de l’HARMONICA champions du monde de la spécialité, Les TROUBADOURS de l’Illusion, Eddy MARS Hypnotiseur, les GOMINA (clowns) et bien d’autres...

Des animateurs : Christian ROBERT et Jean-Pierre CAHUZAC




          Bob Dicky             Christian ROBERT             GOMINA                 Les 3 de l'Harmonica                J.M. FILLON                      Jean DENY



--------------------------------------------------------------------------

JUILLET 2014

 
Je n'ai rien ajouté à cette page depuis sa création. Les grèves actuelles des intermittents du spectacle m'en donnent l'occasion.

J'ai déjà écrit sur ce sujet dans d'autres pages (voir socio-politique, la liberté subventionnée) Que veux-je prouver par ce texte ?

Que des lois sociales exigées par des syndicats pour protéger les artistes ont , avant tout, supprimé des débouchés et fait se multiplier les subventions.

 

 MAIS OU SONT LES FÊTES D'ANTAN ?

 

Entre 1953 et 1988, j'ai organisé, programmé et animé des milliers de spectacles et d'animations diverses. De quoi s'agissait'il ?

 Au début de Kermesses de paroisses et de Comité des fêtes ruraux, puis vinrent ceux organisés par des partis politiques, des Foires-expositions, des Quinzaines commerciales, des grandes surfaces. La grande majorité se déroulait en plein air et l'hiver nous avions les Arbres de Noël et les soirées "cabaret". Le tout était assuré par des "intermittents du spectacle", qui ne portaient pas encore ce nom et qui gagnaient bien leur vie.

 Pour la bonne compréhension de ce qui suit il faut ajouter que ces artistes et techniciens étaient pour la plupart des provinciaux. Sur une centaine d'adhérents le groupe que je dirigeais ne comptait que 3 ou 4 parisiens.

 

KERMESSES et FÊTES RURALES

 C'est avec cette clientèle que j'ai appris mon métier et que j'ai commencé. Rien que sur Poitiers il y avait 4 fêtes paroissiales au mois de Mai qui attiraient chacune des centaines de spectateurs. Très rapidement il a fallut que je m'adjoigne d'autres artistes et animateurs car je ne pouvais répondre à toutes les demandes qui venaient de tout le département et des limitrophes.

 Quels étaient les buts de ces fêtes ?

Pour les paroisses, convivialité et finance. En général il y avait dans la journée  des stands divers ( jeux , loteries, bars, etc) avec une animation sonore qui exigeait donc la présence d'un sonorisateur et ( au moins) d'un animateur. On y ajoutait parfois diverses attractions. Suivaient un diner en commun et enfin le spectacle de clôture

 Les prix d'entrée étaient raisonnables afin d'attirer un maximum de participants. Les bénéfices allaient dans la caisse de la paroisse. J'en connais même qui ont largement servi à bâtir de nouvelles Eglises.

 Pour les Comités des Fêtes: animer leurs villages une fois par an par une grande fête. Selon le programme proposé et la publicité faite le public pouvait compter de 300 à 10.000 personnes

 Pour les organisateurs pas de complications sur le plan administratif, aucune autorisation à demander et tout se passait très bien. La fête avait lieu dans le champ d'un agriculteur ou dans une propriété privée mise gratuitement à disposition.

 De Mai à septembre les artistes de mon groupe travaillaient très bien. Les organisateurs n'avaient aucune charge à payer pour eux car ils n'étaient assujettis à la Sécurité Sociale que s'ils cotisaient eux-même et ils s'en trouvaient très bien.

 Des syndicats composés presque uniquement d'artistes parisiens fréquentant avant tout les cabarets de la capitale ( certains pouvaient se produire dans 4 ou 5 établissements différent chaque nuit) firent voter une loi inventant les Vignettes SS obligatoires pour tous les artistes. A cette époque notre principale clientèle ( qui s'étendait alors sur la moitié de la France) était les Comités des Fêtes, dirigés par des bénévoles ( en général des petits commerçants) qui du jour au lendemain furent obligés de passer du temps en demandes d'autorisation, déplacements à l'URSSAF et, bien sûr, complications administratives. Résultat: en 2 ans 50 % de ces fêtes disparurent. Nos artistes avaient gagné leur protection sociale mais… ils n'avaient plus de travail et parallèlement  des agences et entreprises de spectacles de province firent faillite

 

POLITIQUE ET COMMERCE

 A partir de cette époque, ayant perdu une grande partie de nos clients, nous nous dirigeâmes, vers les Fêtes politiques ( P.C. à Nevers, Montluçon, Nantes, La Roche sur Yon, Tours etc.., UDF à Caen etc…), Les Foires expositions (Niort, Angers, Tours,Orléans, Moulins etc…), les dizaines commerciales et les animations de grandes surfaces à travers toute la France. Nous avions ainsi du travail pour nos "intermittents" car partout , y compris dans les Hypers, il fallait sonorisation, éclairages et attractions visuelles diverses. Ce fut également la période ou nous avons fait engager les plus importantes vedettes de la chanson du moment.

 Grâce (???) aux syndicats une caisse de chômage pour les artistes fut créée ce qui me valut une belle engueulade avec un de mes artistes parisiens, animateur, fantaisiste, chansonnier il travaillait en moyenne15 jours complets par mois et très bien payé (il gagnait en 15 jours ce qu'un ouvrier du bâtiment gagnait en 5 ou 6 mois). Le reste du temps, il pointait au chomage et ainsi complétait ses fins de mois. Il me disait:" J'y ai droit!!!". J'ai essayé de lui expliquer le sens du mot "devoir", mais il n'a pas compris. Pour ma part, travaillant irrégulièrement j'aurais pu agir de la même façon mais je n'aurais plus osé me regarder dans un miroir.

 Avec l'accumulation des lois en faveur (???) des artistes, les nôtres furent de plus en plus protégés et eurent de moins en moins de travail. Dégouté, en 1988 je pris ma retraite, gardant pour m'occuper tout ce qui était du pur bénévolat.

 

Et depuis , ça se passe comment ?

 Il y a eu la fameuse loi pour les "intermittents du spectacle", mais il n'y a plus de kermesses, fêtes de villages avec des artistes professionnels, les grandes surfaces ne font plus d'animations, les foires-expos ne prennent plus de grands spectacles, les animations commerciales disparaissent tout comme les Arbres de Noël.

 Mais, me direz-vous il y a de nombreuses fêtes l'été à travers toute la France et la plupart sont gratuites ! D'accord, mais payées par les Conseils régionaux et généraux, c'est-à-dire par NOS IMPÔTS !

 De plus ces spectacles sont , en général, composés par le récital d'une vedette. Ils n'ont plus de "premières parties" permettant de faire travailler d'autres artistes (visuels, chanteurs ou humoristes débutants 
etc ) 

 Pour conclure, je me pose des questions et suis incapable d'y répondre ?

 Est-ce mieux d'avoir des artistes et techniciens très assistés, mais manquant de travail ?

 Est-ce  normal  que des gens aillent voir des spectacles gratuitement car payés par les impôts de ceux qui n'y vont pas ?

 Enfin est-ce mieux puisque les associations ne font plus de spectacles qui leur rapportent, de les faire vivre par des subventions grâce, une fois de plus, à nos impôts ?

 Il y a environ 6 mois un de mes anciens artistes a repris contact avec moi. A 70 ans il essaye d'améliorer sa retraite  en trouvant des cachetons minables dans des séries et des films. Il m'a simplement dit: "Qu'est-ce qu'on travaillait bien avant toutes leurs conneries ! Je plains les jeunes qui veulent se lancer dans le métier aujourd'hui"

                                                                                                                 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------

35 ANS DE SPECTACLES

 

Pourquoi j'écris sur ce sujet alors qu'il y a maintenant 26 ans que j'ai pris ma retraite d'Animateur-humoriste- organisateur de spectacles  et, en même temps secrétaire général d'une Association d'Artistes pros et semi-pros ?

 Parce que, rares sont ceux qui se souviennent de ce que j'ai fait, surtout les moins de quarante ans.

 Parce que les jeunes actuels , y compris ceux de ma famille, ne savent pas quel était exactement mon travail et de toutes façons ne pourraient pas comparer avec ce qui se fait actuellement car ce métier a évolué (???) à vitesse grand V.

 Quand j'ai débuté, dans les années 50, nous étions LIBRES:

 Libres pour n'importe qui de se produire sur scène, les talentueux continuaient, les autres disparaissaient

Libres d'être assujettis ou non à la protection sociale

Libres pour n'importe quelle Association d'organiser des fêtes et spectacles sans demander la moindre autorisation. (On avertissait la Mairie par politesse)

 Dans ce qui suit je ne vous parlerais pas des nombreuses vedettes (parmi les plus grandes de cette période) qui se sont jointes à nous. On ne parlait pas de "stars", terme qui était réservé à une vingtaine de personnalités artistiques à travers le monde et qui étaient "inaprochables" comme…des étoiles.

 Je ne parlerais pas non plus de moi en tant qu'artiste ou le moins possible, mis à part un article de presse , il date de 1960 et parle de mes débuts alors que j'étais à la fois représentant d'un institut de beauté et… artiste de variétés. La plupart de mes artistes étaient des "semi-professionnels", comme moi, à ne pas confondre avec des amateurs qui, eux, sont purement bénévoles.

Je suis devenu vraiment  professionnel en 1965 avec la création de l'A.A.C.O. mais en réalité j'ai pratiqué ce métier pendant 35 ans .

 La plupart des artistes essayent de continuer leur métier jusqu'à leur mort. Moi, j'ai abandonné à 61 ans, pourquoi ?

 Parce que se sont créées des tas de complexités administratives qui m'em… et, il faut bien l'avouer parce que, arrivaient sur le marché des jeunes animateurs qui cassaient les prix , se présentaient n'importe comment , animation en tee-shirt et blues-jeans alors que lorsque j'animais une ville dix jours je changeais 10 fois de costumes et enfin avec un humour placé nettement en-dessous de la ceinture qui plaisait au bon peuple mais qui n'était pas du tout dans mon style qui privilégiais l'esprit à la vulgarité.

 J'arrête donc de parler de moi en tant qu'artiste après la page suivante

                                                                                                 

 ON DEMARRE

 Celà a commencé comme le dit cet article, je n'étais jamais monté sur une scène, sauf à l'école ou, à l'âge de 10 ans, on m'avait fait jouer la femme de l'ogre dans "l'aventure du petit poucet" !!! Par contre, féru de spectacles  et habitant Paris pendant 5 ans, j'avais vu à peu près tous les spectacles de Music-hall de Bobino, l'ABC, l'Olympia et autres salles.

 A la suite de cette animation, des demandes sont venues, j'ai donné suite et devant leur afflux de plus en plus important j'ai contacté d'autres artistes, ainsi est née la "Cie Jack HENRY", transformée en 1965 en Association Artistique du Centre et de l'Ouest (A.A.C.O.)

 Nous avons démarré avec , comme clientèle, les nombreuses kermesses organisées par les paroisses du Poitou, puis vinrent les comités de fêtes et cela s'étendit très vite aux départements limitrophes et de plus en plus loin ( de l'Allier au Finistère). Mais je reprends dès le début:

 

St PAUL

 Un groupe de mon  quartier s'était formé en vue de la construction d'une nouvelle Eglise. Je fus dès le début embarqué dans ce projet. A la suite de cette première expérience on me demanda chaque année d'animer le spectacle de la "Fête des Fleurs", nom donné à cette kermesse qui se déroulait le deuxième week-end de Mai. J'en ai animé 18 et là c'était du pur bénévolat .  J'ai également fait venir des artistes pour ces spectacles dont je profitais pour en auditionner chaque année de nouveaux, en ne leur payant que leurs frais de déplacement. D'excellents spectacles qui ne coutaient pas chers, sauf à moi, car réservant cette date pour St Paul , je refusais d'autres contrats grassement payés.

 En parallèle, le Président du quartier me demanda de prendre la direction d'une troupe de Théâtre qui se formait et je l'ai dirigée pendant 55 ans et mise en scène environ 50 ans.

 Une morale en ce qui concerne le bénévolat: si vous faites ça pour vous distraire c'est parfait!

Si vous le faites par dévouement n'attendez rien en contrepartie, même pas un Merci !

 

Des PETITS SPECTACLES

 Au début, donc j'ai travaillé seul, j'animais une kermesse dans la journée et le soir je tenais la scène seul pendant une heure et puis j'ai recruté d'autres artistes. Tous nos week-ends étaient pris de Mai à fin Aout et, en hiver au mois de Décembre et début Janvier avec des spectacles pour enfants dits " Arbres de Noël" ( une année j'en ai programmé plus de 200)

Enfin pour pallier à l'absence de travail aux mois de Février ou Mars, nous avons monté un petit spectacle pas cher appelé "La revue du rire" avec 5 artistes plus un pianiste qui nous accompagnait avec un des premiers orgues électroniques de l'époque, le philicorda. (???) Que j'avais acheté chez Philips avec une forte remise et dont je me suis séparé au bout de deux ans, les vrais musiciens savent pourquoi !!!

 
Le MUSIC-HALL

 Très rapidement on me demanda des spectacles plus importants et ce fut le règne de ce genre de spectacle, composé d'un animateur ( nous étions 5), un orchestre d'accompagnement, de deux ou trois numéros visuels et d'un chanteur (euse), qui était appelé la "vedette américaine", pour finir la première partie,  avec en seconde partie soit une vedette très connue, soit un autre numéro et un des chanteurs de    l'AACO. Venaient avec nous un technicien sono et un éclairagiste ; le matériel d'éclairage m'appartenait ( 6 projecteurs 1.000 W, 1 Poursuite et une  dizaine de spots 250w)

 Nous jouions  normalement devant 500 à 1.000 Spectateurs et quand nous avions un grand nom en vedette nous avons dépassé les 10.000

 

AUTRES FORMULES

 J'ai pris contact avec un organisateur de galas de CATCH, spectacles  qui avaient de très gros succès à l'époque avec des noms tel que "l'Ange blanc" ou "les Teddy Boys" . J'en organisais quelques-uns mais je ne fus pas long à mélanger les genres avec des spectacles intitulés "CATCH-MUSIC-HALL" qui firent beaucoup de monde.

 Je fis également connaissance d'une troupe de Ballets appelée: "BALLETS UKRAINIENS DES COSAQUES ZAPOROGUES". Réfugiés et enfants de réfugiés d'Europe de l'Est, ils habitaient Montargis et avaient monté cette troupe d'une quarantaine de personnes (danseurs et musiciens). La première fois que je les ai vus j'ai été estomaqué par leur talent et leur gentillesse. Ils se sont inscrits à l'AACO et je leur ai donné de nombreux spectacles soit seuls soit dans une formule:"FOLKORE-MUSIC-HALL" qui attirait la foule. Une année je leur arrangeais une Tournée d'été sur la côte d'Azur – une dizaine de spectacles en 15 Jours dont ils doivent se souvenir encore.

 A.G.
Chaque année, nous réunissions notre Assemblée générale quand un jour nous eûmes l'idée d'en faire un moyen publicitaire. Je proposais  à divers clients de leur donner un super spectacle de Music-hall gratuitement, mais ils devaient nourrir (dont un vrai banquet de qualité) et loger pendant 2 jours au moins une cinquantaine de personnes. Les premiers à accepter furent les commerçants de Bergerac. Résultat 3 animateurs, 2 Orchestres, une vingtaine de numéros différents ( équilibriste, jongleurs, illusionnistes , fakir,  clowns, chanteurs, chanteuses, imitateurs, humoristes etc…). Les organisateurs décidèrent d'intituler ça:

LE PLUS GRAND MUSIC-HALL DU MONDE

 Ce titre nous l'avons gardé jusqu'à la fin de l'AACO et je ne l'ai retrouvé qu'avec Patrick SEBASTIEN, le "music-hall" étant transformé en "cabaret" . Ce fut un triomphe dans une salle pleine à craquer. Au bout de 4 heures de spectacle les spectateurs en redemandaient. Le lendemain nous faisions notre Assemblée générale dans une salle réservée à cet effet et enfin le fameux banquet qui fut parfait

 Chaque année nous avons recommencé, chaque année ce fut triomphal. A Segré (49) les organisateurs avaient loués un chapiteau (2.200 places) et ils ont du refuser du monde et puis il  y eut Vitre (35), Montluçon (03), Ligugé (86), le Loroux-Bottereau, près Nantes (44), Thouars (79) et quelques autres dont les noms ne me reviennent plus. Partout les salles étaient combles sauf à …Thouars  

          Anecdote: Notre AG avait lieu en hiver (février en général) car c'était une période sans travail , hors cette année là il neigeait et faisait très froid. La salle de théâtre deThouars  avait du mal à se remplir et nous étions inquiets pour nos artistes, venant de toute la France. Nous commençons le spectacle en l'absence d'un numéro qui devait finir  la  première partie: l'homme Orchestre Rémi BRICKA qui est arrivé une demi-heure avant son passage, il avait eu un accident de voiture et son matériel en avait pris un cou.  Les artistes inoccupés ont déchargé sa voiture ( très endommagée) , lui ont aidé à rafistoler son matériel avec du fil de fer et au moment pile ou je l'annonçais il était prêt,  entrait et faisait un vrai triomphe

            0n dit souvent que les artistes sont des individualistes!  C'est vrai ! Mais dans un cas comme celui-ci, c'est "tous pour un "!

 Nous avons vécu du Music-hall pendant 35 ans, mais il n'y eut pas que ça!

 

INTERVILLES  ???

 Ce jeu télévisé animé par Guy LUX et Léon ZITRONE, débuta en 1962 et eut un succès considérable. L'idée me vint de l'imiter sur un plan local.  Un souci, Guy LUX avait déposé le titre et, sous peine de procès, nous empêchait de l'utiliser. Nous avons donc affiché:

 FESTIVAL CHOC REGIONAL

(style Intervilles)

 
Un travail fou sur le plan de l'organisation, mais un succès énorme pour les fêtes d'été en plein air. Nous en avons animé des dizaines.

 J'exigeais des organisateurs un terrain de football avec un podium monté sur un côté, Je leur faisais choisir 9 jeux parmi une quinzaine et je leur communiquais un plan du terrain  tel qu'il devait être aménagé. Nous arrivions dés le matin pour superviser les derniers détails.

                                    Plan d'aménagement du terrain, fait à la main etenvoyé à chaque organisateur

         Quelques jeux: Gymkana automobile humoristique, Course d'âne, les cochons, les lanceurs d'œufs, les polochons sur piscine ( je leur faisais monter une piscine provisoire , faite avec des bottes de pailles et une grande bâche) , le tir à la corde, le parcourt glissant ( sur des planches enduites de savon noir et qui traversait la piscine il fallait transporter           des seaux d'eau et les stocker dans une grande cuve), la bascule, le football siamois, les scooters-ballons  etc etc

 En matinée nous étions 2 animateurs ( de parti pris), Un Orchestre de 4 musiciens, chargé d'assurer un fond sonore entre les jeux et un arbitre, en général mon beau-frère Jean-Marie

 Le spectacle durait environ 2 h 30

 En soirée je montais un spectacle de Music-hall sur le podium avec divers artistes et " la Grande finale en Chansons des jeux intervilles". Cette finale animée grâce à notre Orchestre pouvait faire basculer tous les résultats de la matinée et donnait lieu à des empoignades épiques.

         Anecdote: un personnage à plaindre, l'arbitre. A la fin des épreuves de la matinée il était pris à partie, en général par l'équipe perdante, mais parfois les deux s'y mettaient et il  se retrouvait, tout habillé dans la piscine.

 


COMITE MISS FRANCE

 Jean DENY, qui fut aussitôt après la guerre et jusque dans les années 50 une importante vedette de la chanson avait créé l'AACO avec moi et un jour il fut contacté par Mr POIROT , dit de FONTENAY, pour représenter son comité dans toute la région. Jean accepta et ce fut une nouvelle aventure.

 A l'époque – années 55-65 - le Comité Miss France n'était pas connu, sauf dans la presse en fin d'année quand il élisait sa Miss France, mais en réalité il y avait 3 Miss France élues par 3 Comités différents et chaque année les journaux titraient " La guerre des MISS" Aucune élection n'était retransmise à la télé.

 Notre rôle était de faire connaître le Comité "de Fontenay" dans tout le centre-ouest de la France. Nous ne fûmes pas longs à proposer diverses soirée:

 - Music-hall  avec Elections de Miss

- Nuits de l'Elégance avec Soirées dansantes et Election

-Galas d'élégance avec défilé de mannequins et Election

 Nous avons inauguré notre première formule , à notre compte, en organisant une tournée au mois d'Aout, en Loire-Atlantique et Vendée. Des Mairies et aussi des casinos, nous fournissaient des salles et un piano, nous collions nous-mêmes nos affiches. Pour leur publicité des commerçants locaux prêtaient robes et maillots de bain. Nous faisions les entrées  nous-mêmes, la somme étant à diviser entre les artistes composant le spectacle, nous étions 6 dont un excellent musicien.

 Au cours de la soirée il nous fallait trouver dans la salle des jeunes filles comme candidates. au titre de Miss locale. J'étais l'animateur, c'était mon rôle. J'allais carrément les chercher dans la salle. Croyez-moi il fallait beaucoup de patience et d'humour pour arriver à faire venir les premières jusque sur la scène et ensuite pour les garder quand on leur annonçait qu'elles allaient s'exhiber en maillots de bain, mais là ce n'était plus mon rôle mais celui de ma femme et de Mme Jean Deny qui s'activaient en coulisse.

 Nous avons eu des publics et des succès divers, mais nous avons élu une douzaine de Miss qui par la suite pouvaient se présenter à une finale régionale. Jean DENY terminait le spectacle avec son tour de chant

         Anecdote: C'était au casino de "la Bernerie en Retz" La salle de spectacle était comble d'un public très varié dont beaucoup de jeunes. Comme d'habitude pour finir la soirée               Jean fait son Tour de chant. Il commence sa dernière chanson qui s'intitulait " La samba fantastique", salue une fois puis revient et revient encore car le public lui faisait un                   triomphe. Mais c'était terminé …quand le directeur du casino vient en coulisse et lui dit " Mr Jean Deny, chantez-en une autre ou…achetez-moi le casino, car ils vont tout         
          casser!" . Jean est revenu et à repris sa dernière chanson car il n'y en avait pas d'autres de répétées avec son pianiste. Le public est parti satisfait et le directeur aussi .

 

LES NUITS DE L'ELEGANCE

 Combien en avons-nous fait? Je ne sais pas. Des quantités! Partout c'était le succès, presque partout on refusait du public. Il s'agissait d'un bal animé par un très bon Orchestre au cours duquel des commerçants locaux présentaient leurs collections de vêtements, bijoux, maillots, sous-vêtements et robes de mariées sur des mannequins qui s'appelaient Miss France et ses dauphines. Jean Deny et moi-même en étions les animateurs, nos épouses, en coulisses se chargeaient de diriger les ultra-rapides changements de tenues et quand, par hasard, il y avait un petit retard, je me chargeais de "boucher le trou"

 Il m'est impossible de me souvenir de toutes les villes où nous sommes passés, mais certaines me reviennent en mémoire, grâce à des souvenirs précis: St Maixent (79) ou nous avons recommencé 4 ans de suite comme à St Pierre des corps (37) ou on devait élire la "Marianne", le mot miss était supprimé car le gala était organisé par le P.C.F., Montmorillon (86) ou Jean Deny envoya son poing dans la figure d'un journaliste de France-Dimanche qui importunait nos Miss, St Jean d'Angely ou Mr de Fontenay rembourrait le soutien gorge de Miss France car, selon lui, elle n'avait pas assez de poitrine.  Cholet (49) ou il manquait des billets d'entrée tellement il y avait foule etc etc

 GALAS D'ELEGANCE

 Là c'était purement commercial. Devant l'afflux de demandes et pour payer moins cher, j'avais engagé 6 mannequins ( 4 Filles et 2 Hommes) et nous allions faire des défilés partout où on en demandait, assisté d'un sonorisateur de talent qui savait souligner le défilé par des musiques appropriées et mon éclairagiste. Mon rôle était de mettre marchandise et mannequins en valeur et bien sur d'éviter par mon répertoire qu'il y ait le moindre arrêt dans le spectacle.

 LA FIN (pour nous) du C.M.F

 Notre accord avec le Comité Miss France a duré une quinzaine d'année et il était devenu archi connu dans toute la région. C'est alors que Mr Poirot de Fontenay a rompu les ponts avec nous, jugeant que nous ne lui étions plus utiles et que l'argent que nous gagnions aurait été mieux dans sa poche

 Dire que nous n'avons pas été vexés serait un euphémisme. Nous nous sommes vengés en travaillant avec un autre Comité qui lui était de Marseille et en organisant aux arênes de Poitiers:

 
L'ELECTION de MISS FRANCE 1973

 Une agence de spectacles amie avait proposé ça au Groupement des commerçants de Poitiers et, comme nous étions plus spécialisés, ils nous avaient demandé de monter cet énorme spectacle.

 L'école des beaux-arts de Poitiers décora les arènes ( une pure merveille) Il y avait un Orchestre de danse et un autre de Jazz, 2 animateurs: Jean Deny et moi-même, Les membres du Comité de Marseille au grand complet avec 38 candidates qui, pendant 3 jours furent véhiculées dans Poitiers grâce au Concessionnaire Ford. Il y eut diverses réceptions dont une à la Mairie de Poitiers.

 Centre-presse , journal local s'était emparé de l'affaire un mois avant la date, organisant un jeu, "le tiercé de la beauté" avec les photos de toutes les miss. L' usine Leclanché offrait une lampe électrique à chaque spectateur . Il y eu 2.500 entrées. A l'époque c'était vraiment un record pour une telle manifestation!!!

 Ne croyez pas que l'organisation fut facile: un mois avant le spectacle les de Fontenay vinrent à Poitiers en demandant une réunion avec le président des commerçants, la presse et nous. J'enregistrais la conversation sur un magnétophone, ce fut des menaces envers nous, les commerçants et même la presse, des éclats de voix de la part des de Fontenay tandis que nous gardions un calme imperturbable

 Le jour même du spectacle une voix anonyme annonce qu'une bombe avait été déposée aux arènes. Visite de la police, des pompiers etc.. il n'y avait rien! Signe de la connerie de l'auteur de cette annonce qui a téléphoné dans l'après-midi, s'il l'avait fait à 21 heures on aurait été obligé d'évacuer 2.500 personnes et tout aurait été foutu !

                           

 La presse nationale s'empara de l'affaire comparant les 2 Miss France ( les de Fontenay avaient élu la leur quelques jours avant nous). Philippe BOUVARD reçu les deux Comités et les deux miss, dans une émission sur la 1° chaine de l'ORTF. Ce fut homérique !!!

 
ANIMATIONS COMMERCIALES

 Il fallait toujours trouver de nouveaux débouchés pour les artistes de l'A.A.C.O.

 LES VILLES

 J'avais assisté à Poitiers, à l'animation de Quinzaines commerciales mais je trouvais que c'était trop "marchand" et pas assez artistique. Un jour je proposais à une petite ville de Charente de venir lui animer sa "quinzaine" Ils avaient entendu parler de moi et acceptèrent. J'inaugurais une animation basée avant tout sur les "jeux" et l' "l'humour" Je faisais de la pub pour les commerces, bien sûr, mais sur un ton inhabituel  et j'inaugurai des jeux musicaux et quelques uns un peu plus intellectuels. Ce fut un succès et je fus reconduit pour l'année suivante.

 Je montais alors une véritable organisation pour ce genre d'animation: Notre sonorisateur arrivait plusieurs jours d'avance et montait son matériel dans toute la ville. Un de nos animateur ( moi ou un autre), arrivait alors et créait l'ambiance sur toute la ville. En général, ça durait une semaine, dix jours ou 15 Jours. Un débouché intéressant pour nos animateurs, mais aussi pour d'autres artistes, puisque j'essayais de placer des clowns ou autres artistes de cirque le jour ou les enfants n'avait pas d'école et parfois je faisais la clôture avec un spectacle. Il n'était pas rare qu'un animateur soit demandé plusieurs années de suite

         Anecdote: Au cours de l'animation d'une petite ville (Beaufort-en-Vallée 49) j'avais fait engagé notre hypnotiseur: Eddy Mars. Il s'imagina de demander un volontaire. Il            
          endormit celui-ci à dix heures du matin et l'allongea dans la vitrine d'un marchand de vêtements. Il allait le surveiller de temps en temps pour voir si tout allait bien. Ce n'est               qu'à 16 heures qu'il le réveilla. Comme j'annonçais cet évènement plusieurs fois dans la journée le magasin ne désemplit pas et la vitrine était devenue la curiosité de la région.               Certains même s'inquiétaient pour son état de santé. Quand au patient lui, il fut très étonné d'avoir été endormi sur un podium et de se réveiller dans une vitrine 6 heures                    après.   Ne me dites pas que c'était un "compère". Il était bien connu dans la ville mais pas du tout de notre artiste

 LES FOIRES-EXPOSITIONS

 Encore un débouché que j'ai voulu expérimenter. Une année j'ai programmé des spectacles à celle de Poitiers mais pour des raisons d'éthique ( je me suis toujours refusé les pratiques, à mon sens, immorales) j'ai refusé de recommencer.

 Un jour je suis contacté par la Foire de NIORT, mais ce qu'ils voulaient c'était la programmation de leurs soirées avec Vedettes. Ce n'était pas vraiment mon rôle et je leur dit que ce n'était possible que s'ils prenaient une première partie avec des artistes de l'A.A.C.O. Ils acceptèrent et pendant 20 ans je leur ai fourni 4 à 5 spectacles par an qui firent en moyenne de 5 à 7.000 Spectateurs par soirée et chaque année parmi ces spectacles à succès, l'élection de Miss Niort.

         Anecdote: Ce soir-là, à la Foire de Niort, il pleuvait. J'avais programmé Gérard LENORMAN qui, en arrivant me dit: "Dans le contrat il est noté qu'en cas de pluie, une salle doit           être réservée". Je lui répond: " Il n'y a pas de salles contenant plus de 5.000 personnes à Niort". Il ajoute:" Mais avec ce temps-là on n'aura pas un chat !!!"
           Comme la scène était couverte, il se résigna à s'installer quand même et il chanta, à son grand étonnement, devant 7.000 spectateurs. Je lui ai dit Merci, car je connais d'autres           vedettes q
ui auraient refusé de chanter.

 Vint ensuite la Foire d'ANGERS. Je fus reçu au cours d'une réunion de Comité où l'on me posa des tas de questions et je revins chez moi, sans réponse. Quelques jours plus tard je reçu un courrier me demandant d'envoyer mon contrat, mes conditions étant acceptées (elles n'étaient pas modestes). Quand je suis arrivé sur cette foire, la veille de l'ouverture, j'étais dans mes "petits souliers" car j'avais appris que, chaque année ils avaient pris un nouvel animateur qui ne les avait pas convaincus. J'y suis resté 10 ans de suite. Ils voulaient bien en prendre d'autres de l'A.A.C.O. mais il fallait que je sois là, si bien que nous avons animé cette foire à 2 pendant plusieurs années. Je suis arrivé en plus à placer de nos artistes. J'affirme, sans fausse modestie, que j'ai créé dans cette manifestation une ambiance assez extraordinaire. Je dois dire que les organisateurs savaient le reconnaître car nous n'étions pas traités en salariés mais en personnalités

 Autres Foires animées dont je me souviens: Orléans(45) , Moulins (O3)avec une animation style médiéva , Avallon (89), Maiches (25) et quelques autres que nous animions plusieurs années de suite

         Anecdote: Pour la foire d'Angers j'habitais pendant 10 jours dans un superbe petit Hôtel hors du Centre ville, il s'appelait l'Auberge d'Eventard , il était le meilleur restaurant de la région, je leur ai piqué de superbes recettes. A midi je mangeais sur la Foire qui ne s'interrompais pas. J'apportais de quoi me restaurer dans un stand de vins de Bourgogne. Je fournissais le dessert , des fraises  et eux le vin pour les arroser . J'en garde un souvenir attendri …et gourmand !

LES HYPERS et SUPERMARCHES

 Là, nous avons apporté une petite révolution. J'avais eu l'occasion d'assister à diverses animations dans des Hypermarchés.  A longueur de Journée on entendait annoncer des produits et des prix et j'avais l'impression que les clients s'en foutaient totalement et même s'ils restaient assez longtemps que ça les ennuyait. En parlant avec plusieurs des animateurs de l'AACO, je décidais de tenter une formule plus attrayante et lançais une publicité auprès de ces établissements.

La formule était la suivante:
- On resonorisait temporairement entièrement le magasin
- On venait au moins avec deux animateurs et un technicien du son
- On essayait en plus d'y inclure des attractions et même un spectacle

 Au départ j'ai été très étonné d'être contacté par une grande surface d'Angers mais qui voulait simplement un spectacle en nocturne sur son parking. Nous lui fîmes un gala avec Alain BARRIERE et un autre - l'année suivante  avec Michel SARDOU ( à ses débuts) et, bien sûr à chaque fois avec une première partie de nos artistes. Les entrées étant gratuites il y avait des milliers de spectateurs.

 La première véritable animation sur 15 jours nous fut demandée par l'Hypermarché "Rallye" à Poitiers. La discussion fut difficile car selon le directeur nous étions trop chers mais je réussissais à le convaincre quand même  et c'est avec 3 animateurs et un Technicien  que nous sommes arrivés. Notre idée était avant tout de distraire les clients, les annonces commerciales étaient faites avec esprit et quand un d'entre nous avait fini son animation dans un rayon un autre reprenait ailleurs et on voyait les visiteurs courir d'un bout à l'autre du magasin. Nous faisions des jeux en chansons et il n'était pas rare que j'interpelle un dame  dans un rayon  et à ma demande elle chantait dans mon micro sous des applaudissements fournis

Au début le directeur m'avait demandé ce que nous allions faire, je lui ai simplement dit: "laissez nous agir 2 jours et le troisième on fait un breefing et si vous nous dites que ça ne vous plait pas on fera ce que vous voudrez". Le troisième jour on ne le voit pas et le soir je vais dans son bureau et je lui dis: "On vous attendu mais…." Il me répond:" Continuez je pense que ça va"
A la fin de notre contrat gros étonnement de notre part, car les directeurs d'hyper sont connus pour être plutôt radins, or il nous reçoit avec des bouteilles de champagne, nos chèques étaient prèts. Je lui dis:" Alors on est trop cher ?" Il me répond: " non, nous avons fait 80 % de chiffre de plus que l'an dernier à la même date" et il ajoute: " C'est la première fois que je vois mes clients danser la danse des canards au milieu du magasin!!!" Les clients s'étaient bien amusés et dans l'euphorie…ils achetaient

 Quelques années après nous avons fait une énorme animation pour cette même enseigne avec des animateurs plus une dizaine d'attractions, nous animions en même temps les magasins Rallye de Poitiers, Niort et les Sables d'Olonne avec les mêmes artistes

 Avec cette formule nous avons animé un certain nombre d'Hyper et par la suite de Jardineries et de magasins de Bricolage dans tout le centre-ouest de la France Nous avons fait aussi un certain nombre de magasins moins importants mais en général avec la sonorisation  locale  (pas toujours excellente)

 Ces débouchés n'existent pour ainsi dire plus aujourd'hui. C'est dommage, nous avons démontré que l'artistique et le commercial n'étaient absolument pas antinomiques, mais que l'un pouvait avantageusement aider l'autre.

CONCLUSION

 Voilà ce que fut ma carrière pendant 35 ans. J'avoue, sans modestie, que j'en suis assez fier car je travaillais avec plaisir et j'ai fait gagner leur vie à beaucoup d'artistes dont certains m'en sont encore reconnaissants 26 ans plus tard, dont d'autres m'ont complètement oublié.

 Faire ce que j'ai fait vous tente ? N'essayez pas, vous êtes voués à l'échec, non pas parce que je suis plus fort ou plus intelligent que vous, mais parce que la LIBERTE que nous avions alors n'existe plus. De nouvelles législations, de nouvelles normes font croire aux artistes qu'ils sont mieux protégés, EN REALITE ILS SONT MOINS LIBRES! Mais ce sont eux et leurs syndicats qui ont choisi cet état de fait.

                                                                 

                                                                                 ---------------------------------------------------------------------------                                                                                                                J.H

 

HISTOIRES DE SPECTACLES

 

 

COSNES D'ALLIER (03)

Nous avons eu de 1972 à 1980: Rika Zarai, Line et Willy, Mike Brandt, les 3 Ménestrels, Frédéric François, Georgette Plana, C.Jérome, Dave , Carlos, Yves Lecoq, Jo Dassin, Martin Circus, Michèle Torr, Annie Cordy

 
En 1974, le 19 Juin, il y avait dans un parc, en plein soleil plus de 10.000 personnes pour les 3 Ménestrels et Frédéric  François. Notre animateur, Christian Robert, leur propose de s'asseoir dans l'herbe et en quelques minutes tous les spectateurs s'asseoient … Sauf 1. On lui demande de faire comme tout le mode, Impossible ! Il est resté seul, debout au milieu d'une foule assise , pendant 3 Heures ! Plusieurs artistes en ont profité pour le mettre (gentiment) en boite, rien à faire !

 
MONTLUCON (03)

Pour les ACPG de l'Allier nous avons eu: Rika Zarai, Annie Cordy,Georgette Plana, Yves Lecoq, C Jérome, Jo Dassin , Marie Myriam, Carlos dans 8 Villes différentes du département de 1974 à 1980. Partout de très gros succès

En 1975, nous avions Annie CORDY qui, la veille était déjà avec nous dans la Manche. Elle m'avait dit: "Tu sais Jack demain j' arriverais au denier moment pour chanter, mais ne t'inquiète pas et…je ne m'inquiète pas non plus parce que je sais qu'avec toi tout est toujours impeccablement prêt!!!" Croyez-moi ça m'avait fait plaisir

 
BUXIERES LES MINES (03),

petite ville de l'Allier ou nous avions Jacques BODOIN (illustre chansonnier ) et son pianiste. Cette histoire m'a été racontée par un membre du Comité des fêtes ,l 'année suivante:

Jacques et son pianiste, aussitôt fini leur spectacle ont filé en voiture sans se changer ( ils devaient être en spectacle à Paris le soir et n'avaient pas le temps de signer les habituels autographes.) Ils s'arrêtent un peu plus loin dans un champ, derrière un buisson, pour quitter leurs costumes de scène et Jacques en a profité pour payer son pianiste, mais il y avait un témoin qui raconte:

" Ce sont deux pédés, je les ai vus, en slip, remettre leurs pantalons et en plus y en a un qui a donné de l'argent à  l'autre." (sic)

 ANGOULÊME (16)
A la Foire-Exposition  nous avons eu Carlos, C. Jérome, Line et Willy, Yves Lecoq

 Carlos était un garçon charmant, mais ce jour-là en première partie, j'avais programmé "Les Trois de l'Harmonica" qui, comme d'habitude faisaient un énorme succès et, dans sa loge Carlos entendait le public hurler. Il me demande de venir le voir  et me dit: "Ils en ont encore pour longtemps ?" Je lui réponds: "Ils n'ont plus que deux morceaux à jouer, mais , vue l'ambiance , ils vont avoir plusieurs rappels" ce qui fut le cas. Carlos était inquiet de ce succès et il avait raison car il lui fallut 4 ou 5 Chansons pour reprendre le public à son avantage

 C. Jerome, quoique en plein succès, n'avait pas la grosse tête, il était et reste, malgré sa disparition, l'une de mes vedettes préférée. Gros ennui, il était toujours poursuivi par de nombreuses ados dont il était le "dieu". Ce jour-là, l'une d'entre elle était venue de La Rochelle pour le rencontrer et si possible…conclure ! Claude ( c'est le prénom de C .Jérome) qui la connaissait déjà me dit:" Sois gentil , reste avec elle, je te dis au revoir tout de suite car dès la fin, je me barre !". Il fait une heure de Tour de chant, un vrai triomphe, chante sa dernière chanson, revient saluer et l'Orchestre continue à jouer comme s'il allait encore revenir . Quand les musiciens se sont arrêtés, Claude était déjà au Novotel où il avait retenu une chambre. La fille me dit: " je vais rejoindre Claude !!. Je lui réponds: "mais il est déjà loin, il doit rentrer à Paris". Elle me regarde interrogative et s'en va …en pleurant.

  COGNAC (16)

avec Line et Willy et Annie Cordy et les 3 Ménestrels

 Avec les 3 Ménestrels, nous avons fêté le 250 ème anniversaire du Cognac Rémy Martin, banquet- spectacle -bal offert , par la direction à tout son personnel. Dans un Chai. Nous avions fourni Spectacle et Orchestre et nous avons profité du repas (langouste, foie gras etc…) J'ai demandé si je pouvais gouter un cognac de l'origine, il y en avait il était merveilleux ! J'ai demandé si je pouvais en acheter une bouteille , on m'a dit oui, mais quand j'ai su le prix…J'ai dit non! Le prix de la bouteille dépassait de loin ce que je gagnais ce soir-là.

  MONTMOREAU (16)

 Nous avions en vedette un groupe très connu les Martins Circus et nous espérions une salle comble, mais voilà c'était le 10 Juin 1978 , Coupe du monde de Football, la France jouait contre la Hongrie et l'Argentine contre l'Italie. Il y eu peu de monde dans la salle, ils étaient tous devant la télé

RENNES (35) 

La maison de la culture avait une troupe professionnelle qui s'appelait la " Comédie de l'Ouest". L'un des comédiens me téléphone pour me demander si je pouvais fournir une troupe pour une série d'Arbres de Noël. On a traité pour 10 représentations en 9 Jours. Pour nous c'était le bonheur. On a continué les deux années suivantes. Bien, mais rien de drôle me direz-vous? Si, la suite:

Un jour la Comédie de l'Ouest vient jouer au théâtre de Poitiers une pièce hautement intellectuelle "Arturo Ui" traitant du nazisme. Après le spectacle , on se retrouve au bistrot et il me demande:

- Comment as-tu trouver çà ?

- Vous jouez magnifiquement mais je me suis fait chier pendant 2 heures

- Eh bien nous aussi !!

- Mais alors pourquoi  ?

- Parce que on reçoit de grosses subventions du ministère pour jouer ce genre de pièce, alors, tu comprends ?

 
Le BLANC (36),

 J'ai animé et programmé leur Foire-exposition pendant 10 ans avec Jacqueline Dulac, Tino Rossi, J. Cl. Annoux, Georgette Plana, Jacques Bodoin, Les Parisiennes, Line et Willy, Roger Pierre et Jean-Marc Thibault, David Alexandre Winter ( le papa d'Ophélie), les 3 Ménestrels et bien sûr des plateaux de mes artistes et, chaque année une élection de Miss

 J. Dulac était dans le même spectacle que Tino Rossi ( foule énorme!), elle était à côté de moi pendant le tour de chant de ce dernier et elle me glisse à l'oreille: "lui c'est peut-être un artiste, mais c'est surtout un monument historique" !

 C'est au cours d'un de ces spectacles que j'ai eu une surprise agréable. Au cours de mon "tour" j'avais raconté une histoire qui marchait très fort: "les waters dans le canal" Roger Pierre, qui était alors avec Jean Marc Thibault des vedettes internationales, vient me voir et me demande: " Est-ce que vous pourriez m'autoriser à dire cette histoire ?"  J'en connais beaucoup, dans le métier, qui me l'aurait piquée tout simplement. Un mois après il la racontait à sa manière dans une émission de télévision. Je l'ai rencontré, des années plus tard dans un restaurant d'autoroute et il se souvenait très bien de cette soirée et… d'autres qu'on avait faites ensemble

VIERZON  (18)

A Vierzon  nous avons eu Jacques Bodoin, les Parisienne , Jo Dassin

Animant le spectacle, je présente le numéro des Barrinis et redescend en coulisse où tout le monde était entrain de déc... avec Jo Dassin qui était un garçon charmant et plein d'esprit. Je me mêle à eux et, au bout d'un certain temps, je vois à côté de nous les Barrinis entrain de se rhabiller. Je leur dis: "Mais qu'est-ce que vous faites là ?" " Eh! il y a aumoins cinq minutes qu'on a fini !". Je bondis sur scène pour présenter la suite et pendant tout ce temps notre orchestre, en vrai pro, avait continué à jouer pour occuper le public. C'est l'une des rares fois dans ma vie où j'ai raté une entrée pris par la formidable ambiance des coulisses.

NIORT (79)

Dans cette Foire-exposition importante, j'ai programmé une cinquantaine de vedettes différentes en 20 ans avec une moyenne de 5 à 7.000 spectateurs

Des duettistes trè célèbres à l'époque présentaient leur tour de chant.. J'étais sur le côté de la scène, entouré d'agents de police en uniforme ( Il y avait toujours un service d'ordre important ) . A un certain moment l'un des agents se tourne vers moi et me demande:"Je suis con ou...elle chante faux ?" je lui ai répondu:"Vous n'êtes pas con !"

Je n'ai pas nommé ces duettistes et je ne mets pas leur photo par gentilesse. Elle chante encore, lui est mort.


 Si parmi d'anciens artistes de l'AACO qui lisent ce texte, il y en a qui se rappellent d'autres anecdotes, signalez-les moi; je pourrai les ajouter

------------------------------------

janvier 2018
HUMORISTE EN 2017

 

 Au cours de cette année, je me suis efforcé de regarder les émissions faisant la part belle aux humoristes ( Festival de Montreux, Vivement dimanche prochain etc…). Pourquoi ?

Parce que j’ai pratiqué ce métier pendant 35 ans – à l’époque, 1953-1988, on nous appelait ‘’ fantaisistes’’ – et son évolution m’intéresse.

 A cette époque nous faisions rire ( personnellement je voulais une réaction du public toutes less 15 ou 20 secondes) avec comme sujets : les noirs, les chinois, les juifs, les homosexuels, les allemands ‘ (aussitôt après la guerre), les politiques, les belles-mères, les ivrognes et quelques autres. Par contre personne ne touchait au sexe ou à la religion et les mots grossiers étaient difficilement admis.

 On se souvient encore de Fernand Raynaud ou Raymond Devos et de leurs excellents textes pour lesquels je suis toujours admiratif.

 Aujourd’hui si vous parlez des quatre  premiers sujets vous êtes traités de raciste. Par contre tous les humoristes ( ?) font une large part au sexe et très souvent de façon graveleuse. J’ai vu dernièrement un femme humoriste dire, en parlant d’un de ses proches :  ‘’ Il me casse les couilles ‘’, gestes à l’appui et… le bon public de s’esclaffer !

 Je me souviens d’un de mes collègues, qui continue à travailler, présentant son numéro habituel (excellent) et ne suscitant que quelques rires. Il change de sujet et se lance dans une histoire de c… Rires, applaudissements, gros succès et il dit au public :’’ Je vois ! Il faut que ce soit au-dessous de la ceinture pour que ça vous plaise vraiment’’. Certains humoristes actuels en ont fait une habitude et ne parlent que de ça ( ou presque )

 C’est, à mon goût un peu trop facile ! Une évolution à l’envers qui tire le public vers le bas.

Et pourtant la langue française est riche en figures de style (  périphrases, métonymie etc…) et il est facile de faire rire ou sourire par des jeux de mots ( calembours , contrepétries ) et des accents régionaux très divers , mais évidemment il est plus facile de flatter l’instinct phallique des foules.

 Pour terminer et afin que vous voyez les différences de l’humour selon les générations, voici une très courte histoire que je racontais dans les années 60 et où l’on m’a reproché de parler de sexe et de religion.

 
C’est un jeune couple ( hétéro, aujourd’hui il faut préciser) qui danse tendrement enlacé et la jeune fille, très croyante, fait une prière et dit :’’ Oh Marie qui avez conçu sans pécher, faites que ce soir je puisse pécher sans concevoir’’

 

A l’époque c’était vachement osé !